Derniers avis


DERNIERS AVIS


jeudi 29 août 2013

Les Portes du Secret, de Maria V. Snyder

L'auteurMaria V. Snyder est née et a grandi à Philadelphia. Météorologiste de formation, elle commence à écrire en dilettante. Décidant - et qui l'en blâmerait - que l'écriture est plus amusante que la météo, elle retourne à l'Université pour se former à l'écriture de fiction. A la suite de quoi elle accompagnera d'ailleurs son activité d'auteur à un boulot d'enseignant à l'Université. Son premier roman Le Poison Ecarlate (Poison Study en VO) paraît en 2005 et inaugure une saga qui comprend à l'heure actuelle trois tomes, trois histoires courtes, et un spin-off sous la forme d'une autre saga.


Tome 1 : Le Poison Ecarlate

Illustration : Collectif, Plainpicture
Présentation de l'éditeur : Dans les geôles d'Ixia, Elena attend son exécution. Mais, au dernier moment, le fascinant Valek, puissant dignitaire secrètement amoureux d'elle, lui propose un étrange marché : si elle entre à son service, elle aura la vie sauve. Néanmoins, qu'elle ne songe pas à s'enfuir - car pour être certain de la retenir près de lui, Valek lui fera avaler une dose mortelle du poison écarlate, dont il est seul à connaître la formule et surtout l'antidote.

Je me suis procuré ce livre en version électronique pour ma liseuse. C'est donc après coup, en cherchant les infos sur l'auteur et l'éditeur, que je me suis rendu compte qu'il était édité chez Harlequin.  En toute honnêteté, si je l'avais su avant, j'aurais traîné longtemps avant de le lire. Vous comprendrez peut-être pourquoi si je vous dis que sur le site de l'éditeur, on peut trier les titres selon le vote des lectrices... La maison d'édition est en effet spécialisée dans le genre sentimental et a renoncé d'emblée à l'idée d'un lectorat masculin. Bref, cela tend à ranger ce roman dans la catégorie "Romance fantastique", un genre envers lequel quelques expériences passées m'ont rendu un peu méfiant : on y trouve tout et n'importe quoi, et assez souvent du mauvais.
Or, ce livre échappe vraiment au stéréotype Harlequin. Cela n'en fait pas un chef-d'oeuvre, loin de là, mais il faut reconnaître que Maria Snyder s'en est plutôt bien tirée avec ce premier roman. 

Dans le négatif, mon premier souci est la gestion des personnages secondaires et des figurants. Ceux-ci manquent vraiment de relief dans ce premier tome. Les acolytes Ari et Janco ont un certain potentiel mais assez mal exploité. Je me demande encore pourquoi s'être embêté à créer la guerrière Maren. Quant au chef cuisinier Rand, j'ai eu l'impression que Maria Snyder a changé d'avis et a décidé en cours de route de ne pas l'approfondir. J'irais même jusqu'à reprocher une certaine superficialité pour le personnage masculin principal, Valek. Mais pour être honnête, on retrouve le même genre de problème chez les personnages féminins de bon nombre d'auteurs masculins. Encore cette histoire de Mars et Vénus, sans doute.
L'autre point négatif concerne la gestion du récit, et plus précisément la gestion du temps. Il y a quand même beaucoup d'ellipses : c'est fou le nombre de jours où il ne se passe absolument rien. A l'inverse, on se demande à la lecture de certains passages combien d'heures il peut y avoir dans une journée, tant certaines sont surchargées d'évènements. Bref, il y a une espèce de déséquilibre un peu problématique dans la progression du récit.

Plusieurs défauts, donc, qu'on peut comprendre pour un premier roman. Il y a aussi quelques aspects satisfaisants. L'histoire n'est pas inintéressante et il y a quelques bonnes idées, comme se pencher sur le rôle de goûteur. De plus, Maria Snyder s'est attachée à poser les bases d'un monde ayant visiblement un peu de profondeur, un aspect régulièrement bâclé dans beaucoup de romans rangés dans la même catégorie. Elena, le personnage principal, est suffisamment bien traité pour que l'on s'intéresse à ce qui l'attend - et cela vaut mieux puisque l'histoire est racontée de son point de vue. Le personnage du Commandant s'avère aussi plus intéressant que ce qu'on pourrait croire au début. La plupart des questions importantes, comme les origines de l'héroïne, sont laissées en suspens pour la suite de la saga. D'un autre côté, l'intrigue de ce premier roman se suffit presque à elle même et on ne sait pas bien quelle direction va prendre l'histoire. 

Ainsi, on est tenté de jeter un oeil à la suite. Les défauts vont-ils persister ? Les qualités vont-elles se multiplier ? Où va aller l'histoire ? Autre réussite non négligeable du roman : il m'a convaincu d'aller regarder d'un peu plus près - et sans me boucher le nez - ce qui se fait dans cette collection (Darkiss) d'un éditeur qui n'a jamais su m'attirer. Ce livre s'est donc révélé être une agréable surprise.

Lecture pour le Big Challenge 2013  et le Baby Challenge Fantasy 2013 de Livraddict





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire