Derniers avis


DERNIERS AVIS


samedi 26 octobre 2013

Les Royaumes Invisibles, de Julie Kagawa

L'auteur : Née en 1982 à Sacramento, Julie Kagawa se passionne très jeune pour la lecture au point de la laisser envahir la plupart de ses autres activités. Auteur prolifique, elle a publié des romans et nouvelles à un rythme soutenu depuis 2010. En tant qu'auteur de Young Adult, elle rencontre un succès certain outre Atlantique appuyé sur la réussite de sa première saga Les Royaumes Invisibles.


Tome 1 : La Princesse Maudite


Présentation de l'éditeur : Une destinée secrète... Meghan ne s'est jamais sentie tout à fait intégrée. Mais à la veille de son seizième anniversaire c'est tout son univers qui bascule dans l'irréalité. Car sa véritable nature lui est révélée : elle est la fille fée du puissant roi de la Cour d'Eté. Pire, une créature vient d'enlever son petit frère, Ethan, pour l'attirer dans le monde des fées...
Alice au pays des maléfices... Prête à tout pour retrouver Ethan, Meghan accepte de passer de l'autre côté du miroir au risque de sa vie. Elle ira désormais d'aventures en épreuves, à travers les territoires des royaumes invisibles, peuplés de créatures hostiles. A ses côtés, pour la protéger, il y a le facétieux Grimalkin, mais surtout le fidèle Puck, qui l'aime en secret.
Un irrésistible ennemi... Le prince Ash est sans doute le plus dangereux des ennemis de Meghan. Fils héritier de la Cour d'Hiver, il est en guerre contre la Cour d'Eté dont Meghan est, bien malgré elle, la princesse maudite.

Voilà un pur produit Young Adult à la sauce Harlequin. Le risque était donc grand que le résultat ne soit pas très réussi, et c'est malheureusement le cas : ce premier roman de Julie Kagawa regorge de défauts vraiment gênants. Le premier d'entre eux est le manque total d'originalité pour ce qui concerne les éléments de base du Young Adult.
Ainsi l'héroïne est une jeune ado appartenant à une famille recomposée, évidemment entichée du capitaine de l'équipe de foot du lycée (...) mais marginalisée par ses camarades et sa vie sociale se résume à son meilleur ami. Evidemment elle est bien plus importante qu'elle ne le croit : elle est même en fait la fille du souverain d'un royaume fantastique. Elle possède donc des pouvoirs très puissants qu'il lui faudra apprendre à maîtriser. Bien sûr son meilleur ami est en fait un être surnaturel ; bien sûr il est secrètement amoureux d'elle ; bien sûr elle ne le remarquera pas et bien sûr elle va plutôt tomber sous le charme de celui qu'il ne faut pas - son ennemi héréditaire.

Tous ces éléments vus et revus manquent aussi de subtilité dans leur traitement et se révèlent donc très pesants. Les choses s'améliorent avec l'aspect surnaturel. On échappe heureusement aux vampires et autres loup-garous sauce Young Adult : Julie Kagawa a plutôt choisi de se tourner vers Faërie, le pays de Nulle Part avec ses Cours d'Eté et d'Hiver. Elle fait plutôt du bon travail de ce côté, avec une description réussie du monde des fées et des touches d'originalité plutôt intéressantes. C'est d'ailleurs à partir du moment où Meghan découvre la Cour d'Eté que le roman s'améliore beaucoup, après un premier tiers que j'ai trouvé à peu près catastrophique.

Mais même quand les choses deviennent plus intéressantes on constate l'émergence de défauts qui gâchent la lecture. D'une part il y a des maladresses d'écriture, avec de temps en temps une phrase d'une grande lourdeur en plein milieu d'un passage correct (à ce sujet on peut se demander la part de responsabilité de la traduction). Il y a aussi quelques oublis qui donnent un aspect un peu bancal à certains passages, et même des erreurs directes : "C'était la première fois qu'il utilisait mon prénom" - Et bien non, il l'a fait il y a à peine 2 pages...

Pour finir, le plus gros point faible du roman est son héroïne : c'est presque toujours elle qui est à l'origine des points négatifs du livre. Le pire, c'est que les défauts de l'héroïne semblent n'avoir qu'une seule raison d'être : permettre à l'auteur de s'incruster et mettre la main dans la poche de l'histoire pour la faire aller dans la direction qu'elle souhaite. Meghan se rend compte que les fées pourraient savoir quelque chose sur la disparition de son père 10 ans plus tôt, mais décide étrangement de ne pas poser la question immédiatement à son meilleur ami ? C'est parce qu'il ne faudrait pas qu'on en sache trop si tôt dans l'histoire. Elle entend deux fées parler d'elle comme de quelqu'un de très important ? Pareil, il ne faudrait pas que les révélations arrivent trop vite. Elle se demande tout à coup pourquoi ses compagnons de voyage se détestent ? C'est pour que les lecteurs un peu lents se réveillent et sachent qu'il y a un passé commun là dessous...

Je suis bien conscient qu'il s'agit d'un premier roman, et que la recette basique du Young Adult fonctionne très bien commercialement parlant. Mais il y a quand même des limites. J'ai aussi l'impression que l'éditeur n'a pas vraiment fait son boulot : c'est aussi son rôle de faire des remarques et suggestions à l'auteur pour améliorer son livre. Les faiblesses de ce livre poussent à s'interroger sur le travail en amont. Ou alors donnent une image particulièrement effrayante des versions précédentes.

Bref, je ne pense pas m'engager de moi-même dans la suite de cette saga. Mais sa popularité va probablement continuer à la placer dans des challenges futurs auxquels je suis susceptible de participer, et ce sera probablement la raison pour laquelle j'y retournerai. Je suis également curieux d'aller voir ce que Julie Kagawa a fait d'autres, pour voir son évolution après ce premier livre.


Lecture pour le Big Challenge et le Baby Challenge Fantasy 2013 de Livraddict

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire